Les singes se demandent ?!!

Mais où sont passés les humains ?!!

Ce n’est pas de la fantaisie cette question, ni une simple idée pour faire rire les gens à l’instar des grimaces que ces primates ne cessent de faire chaque fois qu’on les rencontre, mais c’est une réelle question que se pose des milliers de singes en cette période de confinement. Que ce soit dans le Rif, le Moyen Atlas et/ou le Haut Atlas, là où cet animal vit encore à l’état ‘sauvage’, les singes remarquent la disparition de l’homme sur leur territoire, notamment la population des macaques vivant sur les axes routiers en attendant de la nourriture humaine.

Des biscuits, des chocolats, des boissons gazeuses, des pains et de la nourriture sucrée, trop sucrée même, rendent ces primates dépendant des axes routiers et des zones d’attractivité créés spécialement à cet effet. Les singes ayant cette dépendance se demandent bien-sur, pourquoi d’un seul coup les humains ne sont plus sur ces routes et là où on les croisent habituellement pour un nourrissage facile, délicieux et qu’on ne trouve nul part dans la nature? c’est une réalité qui malheureusement touche la population des macaques de l’Atlas.

Nourrir les singes les rende dépendant d’un régime alimentaire qui n’est pas le leur. il les rende également obèses et fragiles aux attaques des maladies sans parler bien sur du changement comportementale affectant leur vie sociale qui les caractérise. Cette espèce de primate nord-africaine mène une vie hiérarchisée au sein d’un groupe composé généralement de 20 à 25 individus. Chaque individu du groupe connait naturellement ses rôles et les limites de ses interactivités avec les autres. Ils connaissent également, à des moments précis, des subdivisions en sous groupes suivi d’un phénomène de migration accompagnant cette restructuration patriarcale. Le phénomène a été expliqué par des chercheurs ayant étudié ce comportement pour conclure que cette migration est nécessaire pour éviter la consanguinité au sein du même groupe et par voie de conséquence, éviter d’altérer génétiquement la même population.

Le nourrissage des singes ne peut qu’altérer la structure naturelle de leur groupe, changer négativement leur cycle de vie et perturber leur rôle écologique au sein de leur biotope naturel.

Pour cela, nous lançons cet appel ….!!

le confinement des humains a obligé les groupes de singe de retrouver leur habitat naturel, de retrouver leur structure organisationnelle de groupe, de s’appuyer sur leur instinct naturel pour se nourrir de la nature. La nature qui leur procure l’épanouissement, l’immunité et la santé..

Profitons du retour du macaque dans la nature pour le pousser à y rester. SVP NE LE NOURRISSONS PLUS. Admirons le dans son propre habitat naturel.

Sachez que pour un singe, le pousser à nous imiter ne le chante pas, au contraire, il le déséquilibre sans qu’il en soit conscient.